27 décembre 2014

Libérée

Tourne en rond sous une bulle de verre,
le regard bloqué par ce scintillement nacré,
qu'après tant de temps, je finis par détester.

Alors je décide que je préfère briser,
cette membrane de verre glacée.
Marre du froid perpétuel,
et de cet habit aux couleurs criardes.

Je ne veux pas être emprisonnée,
dans cette bulle que j'ai choisi de briser.
Alors je frappe, frappe,
et des fissures apparaissent.

Enfin se brise cette boule de Noël,
enfin je respire à l'extérieur
et je scintille par moi-seule.

Avy

Haïku

Bulles de savon
Rouge, verte, Or et Nacre
Jamais ne s'envole.

Prison de verre
Aux neiges éternelles
Tourbillonnante.

Rivière glacée
Sans eaux, sans végétations
Décor hivernal.

Gaby

Dans les yeux d'un enfant

Danse éternelle des flocons éthérés,
Quand là-haut brille la lune d’argent
Douce lumière sur un lac gelé
Qui resplendit sous les astres scintillants

Ils sont là, seuls, dans la nuit silencieuse
Assis dans la neige, le cœur battant
Là, ils contemplent l’étendue neigeuse
Et les étoiles qui pâlissent lentement

Elle se lève, sur ses lèvres, un sourire
L’attire à sa suite, main dans la main
Ils tourbillonnent ensemble, éclatant de rire
Savourant cet instant jusqu’au lendemain

Lui la regarde, inlassablement
Les merveilles du ciel brillent dans ses yeux
Léger baiser échangé, tendrement
Sous les prunelles de l’enfant curieux

Le ballet des flocons s’achève
La boule, sur la table posée
Vient d’alimenter ses rêves
Lui a livré tous ses secrets

L’enfant court vers sa mère
Lui raconte cette histoire si belle
Issue de son imaginaire
La veille du jour de Noël

Kirany

6 décembre 2014

ARTICLE 253 (senteur de Noel)

Bonjour,
je sens déjà l'odeur de Noël.


Déjà, tout le monde se presse pour acheter les cadeaux, pour seconder le père Noël !
Les décorations lumineuses sont déjà en phase d'accrochage.
Dans les rues, tout commence à s'illuminer.


Les magasins refont leur vitrines, prêt à accueillir Noël.
Dans les chaumières, les pâtisseries sont dans le four.

Je vous présente mon ami : Noël ! Ahaha !

Cette délicieuse odeur enveloppe toute la maisonnée dans un cocon chaleureux.
Petits et grands cuisinent cookies, gâteaux, brioche et pain d'épices.
On décore le sapin, les enfants sont sollicités.


L'après-midi, pour contrer le froid de dehors, on se réchauffe avec un délicieux chocolat chaud, 
et une ou deux guimauves bien sûr.
Des petits regards vers les boutiques, on est déjà à la recherche d'un style pour les fêtes
ou de cadeaux qui vont ravir petits et grands.


Eh bien, eh bien, les enfants, ça sent déjà Noël !

Et vous, quels sont les activités qui vous font sentir l'approche des festivités ? 

Douce journée, Miss Avy

3 décembre 2014

ARTICLE 252 (Au rapport !)

Je vous salue !

A la une aujourd'hui, je tenais à mettre à jour quelques faits.

Tout d'abord, j'ai mis à jour mon chiffrage d'articles. Ah, c'est plus clair !
Nous en sommes à 252 articles, et j'ajoute 4 articles hors-série.


D'une part, ça va revivre un bon coup sur le blog.
Pour l'atelier écriture de ce mois, j'ai Lila qui m'a déjà fourni son texte (article 249), mais également et non pas des moindres Juliette, Gaby et Kirany qui nous font l'honneur de participer. Et je rajoute qui d'autres ? Allez, manifestez vous chers amis, je suis certaine que des amoureux de lettres sont derrière leur écran et sont un peu timide. Depuis le temps, il est avéré qu'on ne mord pas sur ce blog, et qu'on respecte la parole de tous et chaque individu (et lecteur) est précieux.
Sachant qu'à cela, je vais ajouter un texte également sur le thème d'une boule (à neige).
Cela nous fait donc 4 textes, et je m'en estime heureuse. Et vous ?

D'autre part,
je vous propose quelques phrases que j'apprécie.
Dont une qui m'est venue à l'esprit et qui éclaire parfaitement ma pensée. (C'est la première).

"La livre est un moyen d'apprendre, de se divertir et de se construire".

"N'oubliez pas ce que vous aimez, car c'est votre reflet".

"Il n'appartient qu'à nous d'essayer".

C'est un léger petit intermède, que je considère comme reposant.

Ensuite,
je tiens à encourager tous ceux qui ont la chance d'avoir des manifestations culturelles près de chez eux, à se déplacer. Certes, certaines sont payantes (on peut discuter sur le droit d'accès à la culture sur un prochain article bien sûr) mais d'autres gratuites.
Je trouve cela important de s'enrichir de ce qu'on a l'occasion (une fois dans sa vie parfois) de voir et d'approcher.
Je rappelle également pour les amoureux d'objets d'art que les ventes aux enchères sont ouvertes au public ! De plus, une exposition des lots est proposée avant la dite vente.
Surtout, on peut toucher l'objet, et non pas le regarder de (très) loin.

Quatrième point,
j'avais parlé d'un article Nature et Découvertes. J'aime certes ce magasin, mais je ne trouve pas pertinent d'en faire un article. Par contre, c'est possible que je présente des objets ou livres qui m'ont intrigué et qui provienne d'une visite au magasin. Dans ce cas, je vous le précise avec.

Pour finir,
je vous remercie tous de lire ce blog et je suis ravie si, en tapant sur un moteur de recherche internet, vous trouvez un thème ou une image dont vous avez besoin.
Si vous désirez des précisions ou un article consacré à un thème, contactez-moi. Moi, et d'autres participants peuvent répondre à votre demande.

Je vous souhaite une agréable soirée,
votre dévouée Miss Avy.



22 novembre 2014

ARTICLE 251 (ritournelle du coeur)

Écoute l'âme


Mon cœur est là,
et il gondole,
comme à Venise.

Les échappées sont des soupirs,
les esquimaux des bâtons chauds.
Le temps passé est révolu,
la terre tourne et puis s'enfuit.

Qui est lâche, qui est un héros,
qui est lâche ?

Les tourments de la nuit,
sont tellement jolis.
Ils se cachent et chantent
à la lune.

Mon cœur est là,
et il s’épanche,
le vilain.
Il balance lentement,
d'avant en arrière tonitruant.

Mon cœur est là,
et il se meurt doucement,
de tant de tourments.

Tourbillonne la vie,
foisonne le sourire,
et cache l’amertume.

Mon cœur est là,
et il se meurt davantage.
Il se morfond pour mieux renaitre
d'un nouvel âge.

Mon cœur est là,
et puis parti,
c'est l’avantage;
de changer de peau,
d'être maso,
c'est véritable.

Miss Avy

19 novembre 2014

ARTICLE 250 (petite discussion)

C'est drôle comme parfois deux personnes se retrouvent après des années.
Ils se redécouvrent, ou plutôt se découvrent, car ils ont forcément un peu changé avec l'apport du temps.
Certes, physiquement en surface, mais aussi un peu à l'intérieur. Parait il que le temps nous transforme, nous façonne, nous endommage, nous nourrisse. Je me demande si les gens ont assez de recul pour savoir, vous savez, saisir la vie et son essence (et-sens) même. Est ce qu'à 70 ans, on a mieux comprit ce qu'on voulait comprendre, ou au contraire, on est dans une quête que seule la mort arrête (et encore, on ne sait pas ce qu'il y a après) ?

Parfois, il y a ces réflexions profondes dans notre tête. Et en parallèle, tout ce qui est la vie : prendre une douche, se faire à manger, faire ses devoirs, se distraire. Je pense que la vie ne se réfléchit pas, mais se pratique !
"Je suis gentil, je peux avoir de la compassion, je suis sérieux et assez dynamique dans mon boulot."
Est ce mal d'être gentil ? Saisissez bien le paradoxe de cette phrase ! Parfois, on nous dit que la gentillesse est une faiblesse. Tu te laisses marcher dessus. Tu souries, alors t'es stupide et facile à berner. Est ce donc si mal de voir la vie du bon côté, d'essayer de saisir le rayon de soleil qui traverse les nuages ?
Non, c'est mieux de "tirer la tronche" ! De bien montrer qu'on a toute la misère du monde sur soi, et que personne n'est dans une situation pire que nous. Oui, vraiment, JE suis, J'ai eu, JE, JE etc Ah, je n'arrive même pas à l'écrire, c'est dire qu'il y a trop de JE. Oui, vous savez, autour de vous, il y a d'autres choses, d'autres gens, avec des sentiments, un passé, une histoire, des soucis, des moments joyeux ou difficiles, et on peut s’intéresser à eux.
Je préfère être un peu utopiste, et tendre la main, pour rendre service. 
"Quand je me lève, je suis content d'aller bosser. Et les sacrifices, j'aime ça."
Ces derniers temps, je m’intéresse beaucoup à l'humain. A ce qu'on peut ressentir, les questions qu'on peut se poser, les difficultés qu'on peut traverser, les bonheurs qu'on peut saisir et tant d'autres choses qui me font comprendre à quel point l'être humain est complexe et riche.
Amour et sagesse je ne sais pas si ce sont les mots qui nous définissent le mieux.

Je pense que l'homme a un bon fond, un amour à diffuser, des choses à apprendre et à partager. Oui, on a tous quelque chose de bon à donner, et donner c'est recevoir car c'est l'échange qui nous enrichit. Alors, petite adresse aux jeunes, vous pouvez délaisser vos écouteurs et vous baigner à nouveau dans le monde qui vous entoure. Écouter de la musique c'est bien, mais s'enfermer totalement dans sa bulle, ce n'est pas toujours génial.
Oui, c'est vrai, c'est parfois dur de se confronter à ce qui nous gêne ou nous choque. L'homme n'est pas parfait, on a tous nos faiblesses et nos qualités, je crois néanmoins que le chemin que l'on emprunte dans la voie du meilleur est nécessaire. C'est le parcours qu'on fait qui nous reflète dans notre recherche.
En fait, vous comme moi, sommes des legos ! (Oui, je mentionne une marque, honte à moi !). Nous nous construisons, mais pas seul. Ce sont des personnes qui croisent notre route et nous aident. Parents, professeurs, amis, de passage ou plus longtemps. Nous avons tous quelque chose à apporter dans ce monde, de bien c'est encore mieux. Certes, il n'appartient qu'à nous d'essayer. Alors n'oubliez pas, ne vous refermez pas sur vous-même, un petit bonjour et un sourire n'engage à rien, sinon à un sourire en retour. Un peu d'attention, ça fait du bien. On se réconforte mutuellement.

Vous venez d'assister un brin à mes raisonnements profonds (et parfois épuisants !).


 Et vous, qu'en dites-vous ? Parle, je t'écoute.

Je vous souhaite le meilleur (pour ce soir et demain en tout cas voire plus longtemps),
Miss Avy

15 novembre 2014

Sur la glace

249
Bonjour à vous, chers lecteurs,


je suis ravie de pouvoir déjà vous présenter une nouvelle qui inaugure le nouvel atelier d'écriture sur le thème de la boule de neige.
Nous plongeons à pieds joints dans l'univers illuminé de Noël et du Nouvel an, deux grandes fêtes qui rythment nos fins d'années.

Bonne découverte et immersion dans la magie de l'hiver.


"Vive Noël !!!! C’est le moment de partage avec sa famille et aussi le moment des cadeaux. Tout plein de cadeaux !!! Mais devinez ce que j’ai reçu …. une boule de neige avec le joli décor de Vancouver. Les jolies pistes de ski, les sapins enneigés, le charmant petit village sous la neige, comme c’est romantique. Justement deux personnages étaient enlacés au milieu de ce paysage. Je l’adorai et ne m’en séparai jamais. Mais imaginez … elle était magique. Un soir, alors que je dormais, j’entendis un bruit, un petit rire. Lorsque j’ouvris les yeux, je crus rêver. Les deux figurines étaient en train de faire une bataille de boules de neige. Le jeune homme avait pris une sacrée raclée, il était couvert de neige, vous le croyez ? Quant à la jeune fille, elle riait à gorges déployée. Je tendis ma main vers la boule mais je ne la saisis pas comme prévu. Au lieu de ça, je me retrouvais en pyjama au milieu d’une merveilleuse bataille de boule de neige. J’avais froid et je ne comprenais pas où j’étais ni ce que je faisais là. 

Après mettre mise à l’abri dans une des maisons, je commençais à me dire que je devais juste rêver. Je décidai de me pincer. Ooouch, ça fait mal !!! Mais rien ne se passa. D’ailleurs, à qui était cette maison ? Je n’attendis pas longtemps pour connaître la réponse. Une vieille dame apparut, bizarre, elle ressemblait à ma grand-mère. Je signale au passage qu’elle est censée être morte il y a 2 ans. Bref, j’étais contente de pouvoir la revoir. Elle m’expliqua que j’étais dans la boule de neige, donc à Vancouver. Géniale !!! Mais bon sang, qu’est-ce que j’ai froid !!!! Ma mamie me donna des vêtements bien chauds ainsi qu’un bon chocolat chaud avec de la guimauve et des bonhommes en pain d’épices. Trop bon !!!! (Clin d’œil à Avy). Lorsque j’eus fini, elle me dit d’aller m’amuser avec les autres et de ne pas m’inquiéter. Ils étaient trois, bien que vu de l’extérieur de la boule, on ne voyait que deux personnages. Donc, je reviens à mes moutons, ils étaient trois, il y avait Neige, une jeune fille à la peau très blanche et aux cheveux argents. Ce qui me choqua le plus c’était ses yeux. Ils étaient d’un bleu glacé presque translucide. Les deux autres étaient des garçons, Ben et John, qui avait peut-être 2 ans de plus que moi.  C’était des jumeaux qui ne se ressemblaient pas du tout. En effet, Ben était un grand brun. Et John était un petit blond. La seule chose qui attestait de leur lien de parenté était leurs yeux. Ils étaient d’un noir profond. Très beau d’ailleurs. Maintenant que les présentations sont faites. Allons-nous amuser !!!!

Après de multiples batailles de boules de neige, nous décidâmes d’aller faire du patinage artistique sur un charmant petit lac complètement gelé. Deux couples se formèrent, Neige décida de patiner avec John. C’est en réalité logique vu que c’est eux qui  étaient enlacés dans la boule. Oops, j’ai oublié de préciser que Neige était toute petite, encore plus petite que John qui n’était déjà pas bien grand. Bref, je me trouvais au final avec Ben qui n’avait pas l’air très emballé. Et moi donc. Par moment il n’avait pas l’air commode, vu comment il m’a bombardée lors des divers rounds de la bataille de boule. Mais je m’amusais tellement.  La musique commença. Au fait, je ne sais pas d’où la musique venait. On aurait dit que le vent jouait la mélodie de Casse-noisette de Tchaïkovski. Le couple phare commença sa danse sur la glace. C’était tellement beau… Ben me tendit la main pour m’inviter à venir sur la glace. Moi… mais je ne sais même pas patiner… ahhh… C’est ce que je pensais. Je mis le pied sur la glace et patina comme je n’avais jamais patiné. Miracle !!! C’était magique et magnifique. Il y eut comme un courant électrique qui passait entre nous deux. Nos yeux ne pouvaient plus se détacher et nos lèvres ont failli se joindre. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin la musique s’arrêta et les couples durent se séparer à regret…

C’est à ce moment-là que je me suis réveillée dans mon lit. Mon réveil avait sonné, Noël était passé. Finis le chocolat chaud, le pain d’épices et la romance sur la glace. Mais tout n’est pas fini. Je regarde ma boule en neige en souriant, face à un si beau rêve. Qui sait peut être que la nouvelle année nous apportera ce que l’on souhaite, autant l’amour, que l’argent, la santé. Tous mes meilleurs vœux à vous tous et surtout Joyeux Noël ! Oh oh oh ! 

Ah ! J’allais oublier de vous dire j’ai rencontré ce beau jeune homme et nous sommes ensemble. Alors d’après vous, rêve ou réalité ?"

Brève nouvelle de Lila. 

Merci de votre lecture, et gardez la bien en tête, les prochaines arrivent bientôt.

Bises et senteur de cookies,
Miss Avy

7 novembre 2014

ARTICLE 248 (Récit qui dérange)

Je vous salue !

J'ai décidé de vous parler de plusieurs choses qui me tiennent à coeur.

Tout d'abord, la plus que magnifique et fabuleuse librairie Sauramps (à Montpellier notamment).
Comment vous transmettre au mieux mon enthousiasme pour cet endroit si ce n'est que j'aime déjà le bâtiment, où y trouve TOUT les livres qu'on veut (même ceux difficiles à trouver). Les vendeurs sont de vrais connaisseurs, et vous propose des conseils, sans être lourds non plus. J'aime vraiment y aller quand j'en ai l'occasion, ça me met en joie ! En plus, ils proposent de nombreux avantages, comme les 5% automatique pour les étudiants par exemple. (La jeunesse a bien besoin d'un coup de pouce, et d'un peu d'amour).

Un livre qui me plait et qui rappelle un peu mes fameux (ça c'est ce que j'ose croire) coups de gueule.
La chance que tu as de Denis Michelis met en relief les bonnes questions sur nous aujourd'hui.
Et j'encourage les jeunes et nouveaux auteurs !

Si vous êtes de passage à Paris, vous pouvez aller au salon l'Autre Livre qui se tient du 14 au 16 novembre 2014 dans le 4e arrondissement. Plus d'infos ici !
C'est un salon qui met en avant les éditeurs indépendants, et pas les livres les plus visibles d'habitude (bien que je fouille assez pour vous). C'est donc l'occasion de découvrir des nouveautés, de partager son amour du livres et de pouvoir rencontrer auteurs et éditeurs. Profitez !

Par exemple, vous pouvez trouver cet auteur-éditeur : Olivier Lusetti qui vous propose Comment mieux écrire, raconter et réussir sa fantasy.
Alors, même si ne voulez pas devenir écrivain, c'est vraiment amusant et instructif à lire. On décèle des petits trucs qu'on ressent en tant que lecteur et il nous explique comment les mettre en œuvre en tant qu'auteur. 
Fantasy-Editions, ça porte bien son nom ! ^^

Après je voudrais faire un point sur comment écrire, ne serait ce qu'un poème, avoir envie d'un sujet et ne pas arriver à le taper sur son ordinateur ou l'écrire sur un papier.
Comment faire pour dépasser ce blocage, que certains nomment la page blanche ? (Je sais, les auteurs en tremblent, face à ce mot sortant droit des enfers !)
Eh bien, débloquez vous, écrivez quand même ! Ne serait ce que pour écrire quelque chose que vous considérez d'insignifiant. Vous morfondre dans votre propre esprit ne va rien vous apporter, ce n'est vraiment pas productif. Il n'y a que vous pour vous remuer l'arrière-train ! Par exemple, discutez par correspondance, vous allez redévelopper votre style d'écriture unique et reprendre goût à l'écriture, ça revient tout seul, car vous avez ça en vous. Prenez la peine d'écrire une pensée, une phrase qui sonne bien, une accroche, ça va raviver votre flamme de passion.
Et vous, avez vous des conseils pour ceux qui aiment la création littéraire et vivent ce problème ?

Le film Serena (dont je vois l'affiche PARTOUT, à croire qu'elle me poursuit !) me titille la curiosité. En plus, j'ai remarqué que c'est le même duo d'acteurs qu'Happiness Therapy, sortie en janvier 2013.
Bon, je viens de voir la bande-annonce, ça a l'air un peu tordu. Je présume que ça développe le jeu des acteurs dans leur profondeur. (On retrouve souvent cette formulation dans le "milieu" ^^)

"Battez-vous pour la justice, pour l'amitié, pour exister. Parce que c'est juste." Favelas. Alors là, c'est un film que me parle !
Iranien, le 3 décembre, ça a l'air excellent !
Oh, et Magic in the moonlight. Bien que ce ne soit pas ma priorité, j'aime bien les 2 acteurs en tête d'affiche. C'est charmant on pourrait dire, oui ça va je sais que c'est un Woody Allen. Quelle drôle d'expression !

Rien ne peux me faire démordre de ma bonne humeur. Le secret ? L'enfance.

"La maison est derrière, le monde est devant." Le Hobbit

Eh bien, je pense avoir fait le tour de mon cerveau pour vous avoir écrit à peu près tout. Je vous fais très prochainement un post sur Nature et Découvertes, une bonne idée de liste cadeaux ! ^^
Je vous remercie de votre temps et de votre participation à un commentaire, que vous vous apprêtez, j'en suis sure, à écrire !
Je vous embrasse, bonne soirée,
Miss Avy


5 novembre 2014

ARTICLE 247 (nouveau thème atelier création)

Bonjour à tous, ô lecteur,
je vous propose un sujet d'écriture.

Je me suis dit qu'il était grand temps de relancer l'atelier écriture.
J'entends vos clameurs ravies d'ici !
Comme thème (roulements de tambour et guirlandes à paillettes)... une boule de neige (musicale ou non, c'est vous qui voyez).

Plus de précisions, cela peut être en adéquation avec les fêtes qui approchent mais également s'en éloigner.

Je songe aux boules qu'on secoue, avec des paillettes ou d'autres petits motifs comme des feuilles rouges et oranges.
A l'intérieur, il peut y avoir un couple enlacé, des enfants qui font du patin à glace, ou une femme en kimono.
Bref, ce que vous désirez comme point de départ. Peu m'importe si la boule existe ou qu'on vous l'inventez de toute pièce en imaginant une énorme boule de 20 mètres de haut saupoudrée de chocolats et perles en sucre !

Je vous proposerai ma version de thème, et vous invite à partager la votre dans un court texte, ou plus long, que je publierai en plusieurs parties. Pour la forme, je précise que ça peut être un récit sous forme de conte, mais aussi un poème ou une petite histoire. Pas le peine de m'envoyez 20 pages (sauf si vous voulez une publication suivie, ce qui peut être tout à fait faisable).

Ensuite, c'est donc vous, et tous, qui décideraient du texte qui vous préférez lors d'un vote anonyme. 

Alors, je vous invite à participer chaleureusement.

Vous avez jusqu'au 25 décembre pour me le faire parvenir au plus tard. Je vous rappelle mon adresse mail addictwrite@gmail.com.
Bien sûr, le vainqueur (bien que tout ceux qui participent sont gagnants) aura droit à une surprise de ma part !

Alors à vos claviers,
bonne soirée (oui déjà la nuit tombe).

J'ajoute un lien d'un site fabuleux (tant par sa qualité d’exécution que par son contenu) : http://mademoisellecordelia.fr/

Miss Avy

31 octobre 2014

Article 246 spécial Halloween 3

Hi everyone ! How are you ? Non je rigole. Comment allez-vous ? C’est encore Lila. Aujourd’hui, je vais vous présenter un conte irlandais sur les sorcières. Il se nomme « Les Sorcières Cornues ». Je vais  tout simplement vous laisser le découvrir.


« Il était une fois en Irlande, un riche fermier qui vivait dans une grande ferme, avec sa famille et ses domestiques. Une nuit, sa femme qui ne réussissait pas à trouver le sommeil, décida d’aller s’asseoir et de faire un peu de couture. Tandis qu’elle était occupée à coudre, quelqu’un frappa à la porte.

- Ouvrez la porte ! cria une voix.

- Qui est là ? demanda alors l’épouse du fermier.

- Je suis la Sorcière à Une Corne, répondit la voix provenant de l’extérieur.

Curieuse, l’épouse du fermier alla ouvrir la porte. En face d’elle se tenait une femme qui sur son front, avait une grande corne et tenait à la main une paire de peignes à laine. La vieille femme Cornue entra, alla s’asseoir sans attendre d’y être invitée et commença à carder sa laine. Elle demanda à haute voix :

- Où sont mes sœurs ? Elles sont en retard !

A peine cinq minutes s’étaient écoulées, qu’un autre coup retentissait à la porte d’entrée, obligeant ainsi la fermière à aller ouvrir de nouveau. Cette fois, une autre vieille femme se tenait devant elle, celle-ci avait deux grandes cornes sur son front.

-   Je suis à la Sorcière à Deux Cornes.                                                                                                            
Cette dernière, qui tenait un rouet à la main, alla s’asseoir et commença à faire tourner l’instrument de façon aussi rapide que le vent. Durant une heure, les coups frappés à la porte se succédèrent, à chaque fois, une autre vieille femme entrait, laquelle avait une corne en plus que la précédente. Au final, la dernière sorcière qui vint portait treize cornes sur son front.

Toutes les sorcières réunies tissèrent et chantèrent dans une langue ancienne, jusqu’à ce que la Sorcière à Une Corne demande à la fermière de leur faire un cake. Oh pas n’importe quel cake cela dit : le gâteau devrait être cuit dans le sang de sa famille. L’épouse du fermier étant sous l’emprise d’un mauvais sort jeté par ces vilaines fées, n’avait hélas pas d’autres options qu’exécuter les ordres.

La fermière était en proie à la douleur mais chercha tout de même un seau, afin de pouvoir puiser de l’eau pour le gâteau. Son expression triste se mua en soulagement quand elle ne trouva aucun seau pour l’eau. Pas d’eau signifiait pas de gâteau. Et pas de gâteau signifiait que sa famille serait épargnée !

Toutefois, les sorcières ne renoncèrent pas. Elles dirent simplement à la pauvre femme de prendre un tamis et de mettre l’eau à l’intérieur. Mais quand elle s’en alla au puits et voulu essayer, l’eau s’écoula de toutes parts. La femme du fermier ne savait plus que faire et sanglotait quand une voix venue du puits s’adressa à elle :

- Prenez de l’argile jaune ainsi que de la mousse et mélangez le tout. Ainsi le tamis gardera l’eau.

La fermière fit donc cela et la voix du puits poursuivit :

- Revenez à la maison et quand vous approcherez de l’angle nord de la demeure, criez trois fois, « Les Montagnes des femmes Fenian et le ciel au-dessus : tout est en feu ! »

Là encore, l’épouse du fermier fit ce que la voix lui avait dit. Aussitôt, les sorcières sortirent de la maison en hurlant de terreur. Elles s’en allèrent vers Slievenamon et une fois qu’elles furent éloignées, l’esprit du puits s’adressa à nouveau à la fermière.

- Maintenant, dépêchons nous. Nous devons préparer votre maison pour leur retour.

L’esprit ordonna à la femme de prendre l’eau. Elle y baigna les pieds de son plus jeune enfant et versa ensuite l’eau qui avait été utilisée sur le seuil des portes de la maison. Ensuite, elle dû prendre le repas qui avait été préparé en son absence, avec le sang de sa famille  et placer un morceau du repas dans la bouche de chaque membre de la famille. Une fois qu’elle eut fait cela, chacun recouvra la santé. Enfin, elle prit le tissu que les sorcières avaient créé et en plaça une moitié à l’intérieur d’un coffre qu’elle ferma à l’aide d’un cadenas. Tout cela devait l’aider à vaincre le mauvais sort jeté par les sorcières.

L’esprit du puits parti. Les sorcières étaient de retour ! La fermière avait donc verrouillé toutes les portes. Les sorcières étaient furieuses que l’épouse du fermier les ait ainsi dupées ! Elles invoquèrent le pouvoir de l’eau mais celle-ci avait été répandue au sol, elles voulurent que la porte s’ouvre mais celle-ci avait été sérieusement barricadée et le bois était ainsi prisonnier. Leur dernier espoir était le gâteau. Elles s’exclamèrent :

- Ouvre-nous, ouvre-nous, gâteau que nous avons fait et mêlé de sang !

- Je ne peux pas, déclara le gâteau, car je suis aussi brisé que meurtri et mon sang est sur les lèvres des enfants endormis.

Les sorcières Cornues, réalisant qu’elles avaient échoué, crièrent des malédictions à l’esprit du puits, mais cela ne servi à rien. En effet, le soleil n’allait plus tarder à se lever et elles savaient que leur temps était compté.

Depuis ce jour, l’épouse du fermier a laissé accroché un morceau du tissu des sorcières à côté de sa porte, comme pour se rappeler qu’il fallait toujours regarder et faire attention avant de laisser quiconque entrer chez soi. »

Voilà, un joli conte pour Halloween, j’aimerai bien que vous me donniez votre opinion sur ces contes et légendes. D’après vous, ont-ils vraiment existé ? Je veux parler des personnages.

Passez une bonne journée et Joyeux Halloween !!!
Kisu de Lila, merci pour votre attention, et à Avy de m'avoir laissé la barre.

30 octobre 2014

Petit résumé vie du blog, en images !

Vous savez qu'il manque 4 com' et on est arrivé à la barre des 1000 commentaires publiés !!!!!
Alors, merci du fond du cœur, je vous aime lecteurs !
Continuez à taper, taper, taper ! ^^ Comme lui, soyez de fervents commentateurs !
 Et si vous en avez marre de taper, décrochez votre téléphone et dictez lui votre réaction en direct.
Je ne sais pas si cette fonction existe encore à vrai dire, mais c'est un bon projet !
Alors, enfilez vos plus beaux habits car je viens vous dire... (roulement de tambours et descente des marches)...
Je lâche un envol de papillons spécialement pour vous !
Navrée, je n'avais que le rose en stock. Sachant qu'on s'y on se réfère au temps anciens, le bleu est la couleur des demoiselles (comme la Vierge) et le rouge celle des valeureux hommes, surtout des rois. Donc, le rose est la couleur de la joie et de la gratitude, je viens de le décider ! Pas mal, non ?
Ensuite, on pose tous ensemble pour une jolie photo de notre immense groupe ! Et oui, plus de 1000 visites le mois dernier.
Quand y en a plus, y en a encore ! Je vous envoie à tous un jolie bouquet de fleurs qui sentent bons !

Et n’oubliez pas d'ouvrir un livre, pour qu'il vous emporte !

Miss Avy

Article 245 spécial Halloween 2

Bonjour, la spéciale Halloween continue. C’est toujours Lila. 

Aujourd’hui, on va parler de la légende de Jack O’Lantern. (C’est en réalité les citrouilles-lanternes.) C’est un personnage lié à Halloween que l’on connait tous. Nous évidons la fameuse citrouille, puis nous découpons un visage souvent grimaçant dans celle-ci. Nous l’éclairons ensuite à l’aide d’une bougie placée à l’intérieur.  


Maintenant,  je vais tout simplement vous laisser découvrir le mythe.

« Des siècles auparavant, vivait en Irlande un homme que l’on surnommait « Jack l’avare ». Selon la légende, Jack l’avare avait invité le diable à prendre un verre avec lui. Fidèle à son surnom, Jack l’avare ne voulait pas payer les boissons, donc il réussit à convaincre le diable de se transformer en une pièce de monnaie, que Jack pourrait ainsi utiliser pour acheter leurs boissons. Une fois que le diable l’eût fait, Jack décida de garder l’argent et de le mettre dans sa poche, à côté d’une croix d’argent : ce qui empêcha le diable de se transformer à nouveau pour retrouver son apparence originale.

Finalement, Jack  libéra le diable, sous la condition que le Diable ne devrait pas venir le déranger durant un an et que même si Jack mourait au cours des douze mois suivant, il ne pourrait guère lui réclamer son âme. L’année suivante, Jack dupa à nouveau le diable en lui demandant de grimper dans un arbre pour cueillir une pomme. Alors que le diable était dans les branchages, Jack sculpta un signe de la croix dans l’écorce de l’arbre, de sorte que le diable ne pouvait pas redescendre. Pour cela, il dut promettre à Jack qu’il le laisserait tranquille pendant dix ans.

Peu de temps après, Jack mourut. Selon la légende, Dieu ne lui donna pas accès au Paradis, à cause de ses mauvaises actions. Le diable, qui n’avait pas oublié les mauvais tours que Jack lui avait joué et tenant sa parole de ne pas lui réclamer son âme, ne permit pas à Jack d’aller en enfer. A la place, le diable l’envoya dans la nuit sombre, avec seulement un charbon ardent afin d’éclairer son chemin. Jack plaça le charbon dans un navet creusé en guise de lanterne et fut ainsi condamné à errer sans but, jusqu’au jour du jugement dernier.  C’est alors qu’il fut  surnommé Jack of the Lantern (Jack à la lanterne) puis Jack O’Lantern . On raconte qu’il réapparaît chaque année, le jour de sa mort, à Halloween… »

Alors ça vous a plu ? Moi, j’aime cette légende.

Bonne journée à tous,

Lila