1 août 2017

Tu chantes comme un oiseau... bleu !

Bluebird,
oiseau bleu.

C'est à la fois le titre d'une chanson et d'un roman.
C'est fou comme un petit mot peut évoquer tant de choses, à la fin de la lecture.


Dans Bluebird, il y a Blues. La musique autour de laquelle le roman est bâti, à l'image de la vie des deux personnages que l'on suit, le long du Mississippi.
Un père et une fille, une soif de liberté.
Curtis et Minnie vivent de la musique, vivent en musique.
Lui à la guitare, et elle ... pleine de surprises.

Dans ce roman, il y a bien sûr l'omniprésence de la musique. C'est d'ailleurs pour cela qu'il m'a attiré. Je voulais en apprendre davantage sur le blues, cette musique proche du jazz mais dont l'essence est différente.

Il y a aussi un font historique et humain fort, la ségrégation.
Les plantations de cotons, fleurs qu'on finit par détester cueillir.

Le roman est écrit en parties, et chaque partie adopte le point de vue d'un personnage.
Chacun a son avis sur la question. Cela sert l'histoire. Pour ma part, j'ai eu un peu de mal avec au début car cela a coupé le rythme. C'était presque frustrant, je trouve que c'est souvent le cas pour d'autres romans écrit avec ce même procédé. Raconter à plusieurs voix, cela nourrit aussi, et parfois nous met dans la confidence. Rien n'est comme il n'est parait au premier abord, et donc rapproche le lecteur de certains personnages pour mieux saisir l'histoire.

Après, il y a beaucoup d'autres personnages attachants, comme Papy ! Mais je ne veux pas vous en dévoiler plus. ^^ Non, je ne suis pas sadique !

Ce n'est pas seulement l'histoire de Minnie, à qui on dit (vous verrez qui) : "Tu chantes comme un oiseau". C'est l'histoire de beaucoup plus, de choix qu'on fait dans la vie, de la différence, de son acceptation, de la tolérance, des batailles qu'on livre, de l'Histoire qui nous marque, et de la musique qui rassemble, qui donne vie ! "Si vous entendez un type jouer du blues, c'est parce qu'il a de bonnes raisons de le faire." J'ai beaucoup aimé la page à la fin du roman, de conclusion de l'auteur. Elle découle de manière juste et belle. Elle éclaire.

Le blues, c'est à la fois rire et pleurer ! La manière dont l'auteur parle du blues à travers ses personnages, ce n'est pas expliquer, c'est sentir ! Et je ne veux pas le faire à sa place, alors je vous invite à lire ce roman, qui fait les montagnes russes. Certains passages m'ont plu, d'autres moins, parfois c'est sombre, d'autres fois plus joyeux mais d'une joie forte, ancrée. C'est surtout une belle musique, qui touche, et on ne reste pas insensible à ce roman.

On y apprend le blues, tellement plus qu'une musique !

Voici d'autres articles portant sur ce roman :
http://petits-melomanes.fr/bluebird-dans-les-pas-des-chanteurs-de-blues/
http://www.librairie-emile.com/2015/12/coup-de-coeur-bluebird-tristan-koegel.html
http://www.croquelesmots.fr/2015/09/blubird-une-lecture-passionnante.html

Et vous, êtes-vous curieux ? Avez-vous envie de lire ce roman ?
A vos claviers,

Miss Avy

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de votre participation ! A bientôt !